L'art comme la recherche d'une demeure, en laquelle, chaque jour  nous nous tenons.
Les toiles, comme des poèmes égrainés, peintes sans adresse et sans pourquoi.
Dire l'incertitude des heures et le vacillement des formes.
Recommencer les jours dans les heures, une mémoire dans leur répétition, leur répétition dans l'ouvert infini de l'art.
Redire la bataille sans nom et sans gloire d’une tâche quotidienne : s’ouvrir au jour demeuré intact.


Cette série est un travail sur les rapprochements entre la poésie et la peinture. 
 
Diaporama